HCM : Dossier Gen. PALANGA NAWEJ Elvis

Date:

L’auditeur General près la Haute Cour Militaire et la partie civile LUYINDULA NGAMU Toussaint poursuivent le commissaire divisionnaire adjoint, le général PALANGA NAWEJ Elvis pour homicide involontaire.

Des faits qui remontent au 16 décembre 2019.

Selon le ministère public, le général PALANGA NAWEJ Elvis alors commissaire divisionnaire adjoint aurait tiré à bout portant sur Alain NZINUNU, un jeune recru de la police lors d’une séance d’entrainement à KASANGULU dans le Kongo Central. Une séance d’apprentissage de tirs dans le cadre d’une remise à niveau, au cours de laquelle ont pris part 400 autres policiers, séance initiée par l’ancien commissaire divisionnaire adjoint.

La partie civile LUYINDULA NGAMU Toussaint se retrouve seule devant la haute cour, sans ses avocats conseils, sollicite une remise pour une date ultérieure, car l’exploit aurait programmé l’audience pour le Mercredi 12 janvier 2022, et non le mardi 11 janvier.

Les avocats du prévenu n’entrent pas en contradiction avec ce que dit la partie civile, le programme de l’audience aurait été modifié par la Haute cour militaire et demandent à la HCM d’appliquer l’article 19 de la constitution qui demande en sorte que plaide seul.

L’auditeur général demande à la haute cour une remise de l’audience à une semaine pour comparution des avocats de la parte civile.

Les avocats de la partie prévenue sollicitent un changement de la date d’audience. Il demande en outre à la cour d’instruire l’audience au motif que c’est l’organe de la loi qui donnera les arguments des poursuites. Dans ce cas d’espèce, les avocats de la parie civile auraient refusé de comparaitre et l’article 18 de la constitution devrait être appliqué.

Apres avoir entendu toutes les parties, et l’avis du ministère public,  la haute cour clôt le débat et renvoie l’affaire pour la poursuite de l’instruction.

Christian NDOGBIA