TGI GOMBE : MP ET PC FERDINAND KAMBERE VS ARDENT KABAMBI POURSUIVI POUR DESTRUCTION MECHANTE TENTATIVE DE MEURTRE

Date:

Le ministère public et la partie civile Ferdinand KAMBERE, secrétaire permanant adjoint du PPRD et avocat inscrit au barreau de Kinshasa MATETE poursuivent par citation directe Ardent BUKASA KABAMBI, membre du même parti politique, au tribunal de grande instante de Kinshasa Gombe pour menace de mort, tentative de meurtre, coups et blessures volontaires, arrestation et détention arbitraire, destruction méchante, imputation dommageable et faux en écriture.

Les faits remontent au 17 Décembre 2021

Le cité Ardent BUKASA KABAMBI aurait administré un coup au citant Ferdinand KAMBERE à l’aide d’un verre qui se serait brisé sur sa main droite, lui causant ainsi des blessures sur la main et sur le front. Le cité BUKASA KABAMBI aurait séquestré le citant KAMBERE pendant plus d’une heure, il aurait également ravi les téléphones du citant en vue de l’empêcher de communiquer. Le cité aurait par ailleurs publié une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il aurait traité le citant de bandit et sauvage qui aurait attenté à sa vie.

Selon les avocats de la partie civile citante Ferdinand KAMBERE, le cité Ardent BUKASA aurait empêché leur client de quitter les lieux, il aurait également lancé une grosse pierre sur le véhicule de leur client

Le cité Ardent BUKASA KABAMBI pour sa part, soutient qu’il aurait empêché la partie civile citante Ferdinand KAMBERE de ne pas prendre la fuite après lui avoir causé des blessures. Ferdinand KAMBERE aurait plutôt demandé à ses hommes de main de le retenir.

Le ministère public dans son avis, dans son avis quant aux infractions d’arrestation et détention arbitraire, demande à la partie civile citante de décrire les actes posés par le cité qui ont constitué ces infractions. Les conseils du citant Ferdinand KAMBERE soutiennent que le cité aurait empêché le citant de sortir du restaurant. Leur client avait été aidé par les agents de sécurité du restaurant.

Le tribunal demande ensuite aux parties de visualiser les différentes vidéos. D’abord celle du cité BUKASA KABAMBI, que la partie civile citante qualifie de vidéo montée dans laquelle il manque quelques séquences. Ensuite celle de la partie civile citante Ferdinand KAMBERE, traitée elle aussi de vidéo montée par la partie adverse. Ce qui suscite un vif débat entre les parties

L’audience se poursuit…

Les avocats de la partie civile citante demandent au tribunal de dire établi en fait comme en droit les infractions mis à charge du cité Ardent BUKASA KABAMBI et condamner Ardent BUKASA KABAMBI aux peines prévues par la loi.

L’organe de la loi dans son avis, demande au tribunal de dire non établi en fait comme en droit les infractions de menace de mort, tentative de meurtre, arrestation et détention arbitraire et imputation dommageable. Il demande au tribunal de dire établi en fait comme en droit les infractions de destruction méchante et coups et blessures volontaires et condamner le cité Ardent BUKASA KABAMBI à 3 ans de servitude pénale principale

Les avocats de la partie citée Ardent BUKASA KABAMBI soutiennent que le TGI Gombe ne peut se dédire au motif qu’il se serait déjà prononcé avec une condamnation de six mois de servitude pénale pour le compte du citant Ferdinand KAMBERE quant à l’infraction des coups et blessures. Ils soutiennent en outre que la partie citante n’a aucune preuve sur laquelle asseoir les préventions portées devant le tribunal. Il demande au tribunal de dire non établi en fait comme en droit toutes les autres infractions mises à charge de leur client. Ils demandent au tribunal de condamner le citant Ferdinand KAMBERE au paiement de deux millions trois cent quinze mille dollars américains pour action téméraire et vexatoire.

Après avoir entendu toutes les parties et l’avis du ministère public, le tribunal clôt le débat, prend la cause en délibéré pour se prononcer dans le délai.

                                                            S.MALABA