C M GOMBE DOSSIER DE 170 PREVENU QU IL VIENT DE L’EST PROVINCE DE NOR KIVU GOMA MP ET PC VICTOR NGEZAYO KAMBALE ET CSRT VS COLONEL ESHIMA RINGO COLONEL ALI MAPESA JOSEPH ET CSRT MOTIF ASSOCIATION Des MALFAITEURS ASSASSI

Date:

Le ministère public et la partie civile Victor NGEZAYO KAMBALE, Brigitte SAFI KANIELE, Nathalie NYOTA NGEZAYO, Eva NGEZAYO SALO, NIRABUZUZA NIZETE Murielle poursuivent le colonel ESHIMA RINGO Innocent, le colonel ASANI BIN MASHABIN, colonel ALI MAPESA Joseph, le lieutenant-colonel AFRIKA SEMUNDO Faustin, le lieutenant-colonel MASUMBUKO Edmond, commissaire supérieur PALUKU MAKELUSI Henry, major RURIMBA FERUSI King, capitaine BAHATI Zacharie, capitaine KASONGO NGOY, capitaine ELENGA MATAMBA Bonaventure, capitaine Toussaint SOPELE, lieutenant NGANDU LIELA Guylain, lieutenant BIKA SHABANI Alpha, sous-lieutenant SHONGO MBAYO Marcelin, adjudant de première classe KOBETA LUBA Théophile, adjudant AMULA KOMBI De gaule, adjudant KOMBO SAGBWA Ibrahim, 1er Sergent-major LUNGOMO Vicky, caporal MAPENDO SAKARUNDI, 2ème classe KUZERINGAMA BIRINGO, APJ BAHATI KASEREKA Joseph, APJ AZWAMUNGU BAHATI Éric et 148 autres prévenus à la cour militaire de la GOMBE. Ils sont poursuivis pour association des malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’armes et munitions de guerre, menace, violation des consignes et assassinat.

Les faits remontent au 3 novembre 2020

Selon le ministère public, les prévenus auraient volontairement commis un homicide par coopération directe sur la personne de SIMBA NGEZAYO, un homme d’affaire tué en 2020 alors qu’il accompagnait son fils à l’école dans la ville de Goma au Nord-Kivu. Le colonel ALI MAPESA Joseph est également poursuivi pour vol des cartes Sim Airtel. Les prévenus civils sont poursuivis pour détention illégale d’armes et munitions de guerre notamment 3 AK 47 numéro 7439, 0808 et 0875, une arme R4 n° 056, 56 munitions AK47, 96 munitions R4, 5 bombes anti tanques. Ils auraient verbalement menacé les membres de la famille NGEZAYO en septembre 2020. Les militaires et assimilés ne se seraient pas présentés à la 34ème régent militaire le 20 octobre 2020, plusieurs jours après la fin de leur mission.

A l’audience de ce jour, la cour militaire a procédé à l’identification de quelques prévenus. Militaires, agents de police et aussi des civils.

Une confusion se pose lors de l’identification du prévenu MASUMBUKO MUHINDO Edmond. Le prévenu appelé affirme se nommer TSHOMA TSHOMA MASASI EMEDO et non MASUMBUKO MUHINDO Edmond. La cour militaire relève quelques informations concernant le prévenu qui démontre qu’il s’agit bel et bien du même prévenu. Son avocat conseil demande à la cour militaire si l’organe poursuivant peut éclairer quant à ce.

L’organe poursuivant rappelle à l’avocat le code de la famille congolais qui stipule qu’un citoyen congolais a droit à un nom qui comprend plusieurs éléments. Il soutient qu’il s’agit bien du même prévenu. Le conseil du prévenu TSHOMA TSHOMA EMEDO, pour sa part, soutient qu’il ne s’agit nullement de son client. Ce qui suscite un débat

Le tribunal poursuit l’identification d’autres prévenus. Le lieutenant-colonel SANZABANZI et le major RURIMBA FERUSI King, poursuivis pour association des malfaiteurs et assassinat.

Après cette procédure, la cour militaire renvoie la cause pour la poursuite d’identification d’autres prévenus.

S. MALABA & G. MWEME