TRIPAIX NGALIEMA : VICTORIA PEMBE MOKOLOLIA ET   ANNE MOPUKA VS LIANZA BONENGO ET CURE ALBERT KAZAMBA PREVENTION COUPS ET BLESSUR AVEC CIRCONSTANCES AGGRAVNTES EYANT CAUSE L’AVORTEMENT

Date:

Les citantes Victorine PEMBA MOKOLOLIA et sa mère Anne MOPUKA poursuivent Mamitsho LIANZA BONENGO, belle-sœur et tante des demanderesses et Albert KAZAMBA, curé d’une paroisse catholique à Mont-Ngafula, au tribunal de paix de Kinshasa NGALIEMA pour coups et blessures avec circonstances aggravantes ayant causé un avortement.

Les faits remontent au mois de Juin 2021

Selon les avocats des parties civiles, le cité curé Albert KAZAMBA aurait imputé des faits sur les parties civiles Victoria PEMBA MOKOLOLIA et sa mère Anne MOPUKA. Ces faits auraient poussé la citée LIANZA BONENGO à porter des coups sur la partie civile Victoria PEMBA, qui auraient entrainé un avortement.

Le tribunal commence par l’identification du témoin BOLELE IPUKA, curé catholique à la même paroisse que le cité Albert KAZAMBA et lui demande s’il reconnait les deux parties demanderesses. Le témoin décline son identité et reconnait les deux demanderesses

Le ministère public demande à ce que le curé BOLELE IPUKA soit entendu comme renseignant au motif qu’il partage les mêmes liens de spiritualité avec le cité, le curé Albert KAZAMBA. Le tribunal accède à la demande du ministère public

Le tribunal demande ensuite à l’un des renseignants, sœur de la citante Anne MOPUKA sa version des faits. Celle-ci affirme qu’ils auraient emmené leur frère malade auprès du curé Albert KAZAMBA pour des séances de prière. Les deux cités auraient soutenu que la famille serait à l’origine de la maladie de leur frère

Le tribunal confronte le renseignant, le curé BOLELE aux deux cités, le curé Albert KAZAMBA et Mamitsho LIANZA BBONENGO. Le renseignant soutient que son confrère le cité Albert KAZAMBA avait dit la messe le premier jour et que c’est lui qui aurait prié pour le mari de la citée Mamitsho LIANZA. La même version est confirmée par la citée Mamitsho LIANZA

Le tribunal passe la parole à la citante Victorine PEMBA pour sa version des faits. La citante affirme les faits se seraient déroulés le deuxième jour et aussi un dimanche après la messe. Le cité, le curé Albert KAZAMBA contredit la citante et soutient qu’il n’y a aucun service après la messe.

Les avocats des cités sollicitent du tribunal une remises afin de recevoir le rapport médical de la citée Victoria PEMBA qui aurait perdu sa grossesse suite aux coups et blessures dont sont poursuivis la citée Mamitsho LIANZA

Le tribunal renvoie la cause pour la poursuite de l’instruction.

S. MALABA & G. MASSAMBA