CPRK TGI GOMBE POURSUITE DE L’AFFAIRE QUI OPPOSE LA PC BADEREKUGUMA A 5 PREVENUS POUR ASSASSINAT

Date:

Le ministère public et la partie civile Xavier BADEREKUGUMA et MUSHAMUKA BUHENDWA Gabriel poursuivent MUHIGIRI CHANGWA Guy, MUTE IWALA Héritier, MULIMIRO LUSUMBA MBUSA, KASONGO MUNYAPALA Mohamed Ahmed et TSHIMUANGA KALUILA Freddy au tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe réunit en audience foraine à la prison centrale de MAKALA pour complicité d’assassinat Patrick MUSHAMUKA BUHENDWA, Directeur général de NEW SOTEM, une société de construction.

Les faits remontent au 1er Mai 2022

Selon les avocats de la partie civile, le prévenu MUHIGIRI se serait rendu au restaurant Olive verte à bord d’un véhicule de marque Toyota Harrier noir accompagné d’un autre véhicule de marque Suzuki entre 18h30 et 21h30. Les avocats de la partie civile confirment au tribunal qu’un autre véhicule de marque Hummer Jaune appartenant au prévenu MUTE IWALA Héritier serait venu remplacer la précédente voiture stationnée au même endroit sans que les passagers ne descendent. La victime Patrick MUSHAMUKA BUHENDWA, Directeur général de NEW SOTEM serait arrivée sur les lieux aux environs de 22h. Les avocats soutiennent également que la victime et les prévenus auraient quitté le restaurant aux environs de 23h. Selon les avocats de la partie civile, le prévenu MUTE Héritier qui serait venu avec sa compagne remontera dans le véhicule Hummer de couleur jaune et le prévenu MUHIGIRI CHANGWA Guy aurait accompagné la victime jusque dans son véhicule garé devant le super marché Régal et aurait passé 20 minutes avec Patrick MUSHAMUKA BUHENDWA, Directeur général de NEW SOTEM. Son corps aurait été déposé à la morgue de la clinique Ngaliema aux environs de 1h du matin.

A l’audience précédente les prévenus MUHIGIRI CHANGWA Guy et MUTE IWALA Héritier avaient présenté au tribunal les différentes pièces en rapport avec le décès de la victime Patrick MUSHAMUKA BUHENDWA ainsi que les projets pour lesquels ils ont été en contact avec la victime, vu les contenus de leurs conversations.

A l’audience du jour, les avocats de la partie civile MUSHAMUKA BUHENDWA Gabriel, enfants de la victime, soutiennent que les conseils de la partie civile Xavier BADEREKUGUMA n’ont pas reçu mandat de la part de la mère des enfants mineure d’âge pour les représenter. Les avocats de la partie civile Xavier BADEREKUGUMA soutiennent pour leurs parts que la partie civile MUSHAMUKA BUHENDWA Gabriel, représentée par Mireille MWILARHE DJUMA, mère des enfants de la victime est une prévenue en liberté provisoire. Elle serait la première suspecte dans l’assassinat du père de ses enfants. Ce qui suscite un débat.

L’organe de la loi dans son avis, quant à la question de la représentation de la partie civile MUSHAMUKA BUHENDWA Gabriel par la mère des enfants de la victime, Mireille MWILARHE DJUMA, affirme que celle-ci ne peut être entendue comme partie civile alors qu’elle est poursuivie pour assassinat. Le ministère public demande au tribunal de rejeter cette constitution de partie civile et appeler Mireille MWILARHE DJUMA à comparaitre comme témoin

Après avoir entendu les deux parties et l’avis du ministère public, le tribunal relève que Mireille MWILARHE DJUMA est en liberté provisoire pour raison d’enquête. Il décide de l’entendre comme témoin dans la présente cause.

L’audience se poursuit… Le tribunal appelle à la barre le témoin MUNGUMA Louis de GONZAC, frère de la victime et lui demande s’il reconnait l’un des prévenus présents à cette audience. Celui-ci reconnait le prévenu MULIMIRO LUSUMBA MBUSA comme ami de son jeune frère assassiné. Le témoin soutient que le prévenu MUTE Héritier serait un proche de Mireille MWILARHE DJUMA, ex épouse de la victime. Il soutient en outre que la victime Patrick MUSHAMUKA, son frère, lui aurait fait part des menaces qu’il aurait reçu de son ex épouse.

Le tribunal confronte le prévenu MULIMIRO LUSUMBA MBUSA aux propos du témoin. Celui-ci affirme qu’il aurait appelé le témoin après avoir tenté en vain de joindre leur frère ainé.

Le tribunal passe ensuite la parole au témoin Milkens KIZURI. Le témoin affirme que le prévenu MUTE Héritier l’aurait contacté pour des opportunités des centres de production agricole. Le témoin aurait remis ses avant-projets au prévenu pour des analyses. Il soutient que le prévenu l’aurait appelé pour l’informer de son arrestation pour assassinat. Le tribunal demande ensuite au prévenu MUTE Héritier la nature de leur relation. Celui-ci affirme l’avoir rencontré chez un camarade du parti. Le prévenu soutient qu’il aurait informé le témoin de son arrestation compte tenu des dossiers qu’ils géraient ensemble.act

Après avoir entendu les deux témoins, le tribunal renvoie la cause pour la poursuite des auditions des témoins.

S. MALABA & D. MULUMBA