TMG GOMBE : MP ET PC HONORABLE JOSEPH KAHENGA VS KASONGO NZOKO

Date:

Le Ministère Public et la partie civile l’honorable Joseph KAHENGA poursuivent au Tribunal Militaire de Garnison la partie prévenue KASONGO NZOKO pour vol simple. La partie prévenue aurait volé et vendu les biens qui appartiendraient à la partie civile l’honorable Joseph KAHENGA.

Une affaire qui remonte à l’année 2022

Selon la partie civile, l’honorable Joseph KAHENGA aurait deux maisons dont l’une serait commerciale et l’autre qu’il habitait. La partie civile l’honorable Joseph KAHENGA affirme qu’un jour alors qu’il revenait de son service, un couturier à qui il aurait donné de l’espace devant sa maison commerciale lui aurait avoué que le prévenu KASONGO lui aurait remis une pièce de son véhicule afin de la vendre. Le couturier aurait en outre affirmé à l’honorable Joseph KAHENGA que le prévenu KASONGO aurait pris des tôles et les aurait vendues auprès d’un garde de la parcelle voisine. Le lendemain, la partie civile l’honorable Joseph KAHENGA aurait posé la question à la partie prévenue quant à ce. Celle-ci aurait avoué qu’elle aurait volé ladite pièce.

La partie civile l’honorable Joseph KAHENGA sollicite du Tribunal la condamnation de la partie prévenue aux peines prévues par la loi.

La partie prévenue KASONGO NZOKO pour sa part, soutient qu’elle serait en détachement pour le service de la partie civile l’honorable Joseph KAHENGA. Elle soutient en outre, qu’elle n’aurait pas une bonne rémunération malgré les durs travaux qui lui seraient donnés. Ce qui l’aurait poussé à l’acte, affirme-t-elle.

Le conseil de la partie prévenue demande au Tribunal de poser la question à la partie civile de savoir si les tôles seraient remises entre les mains de l’honorable.

La partie civile l’honorable Joseph KAHENGA dans sa réplique, affirme qu’il aurait contacté la personne à qui le prévenu KASONGO aurait vendu des tôles. Celle-ci les lui aurait restituées.

Le Ministère Public dans son avis, estime que tous les éléments constitutifs de l’infraction précitée seraient réunis. Il sollicite du Tribunal de condamner la partie prévenue au maximum de la peine prévue par la loi. Ce qui suscite un débat…

Le conseil de la partie prévenue soutient que le prévenu KASONGO serait passé aux aveux. Il sollicite du Tribunal de lui accorder des circonstances atténuantes.

La partie prévenue KASONGO sollicite du Tribunal son acquittement au motif qu’il serait soufrant.

Le Tribunal suffisamment éclairé, prend l’affaire en délibéré pour se prononcer dans le délai de la loi.

P. TSHALA