CHEBEYA : CONFRONTATION MWILAMBWE ET CONSEILLER NUMBI

Date:

Poursuite de l’affaire qui oppose l’auditeur général près la haute cour militaire et les parties civiles CHEBEYA, BAZANA et la voix des sans voix aux prévenus commissaire supérieur  Christian NGOY KENGA KENGA et le sous-commissaire adjoint  Jacques MIGABO KIENZ à la haute cour militaire  siégeant en audience  foraine à la prison militaire de NDOLO. Ils sont poursuivis pour détournement  d’armes  et munitions de guerre, association des malfaiteurs, enlèvement, assassinat, terrorisme et désertion simple.

Des faits qui remontent à l’année 2010.

Floribert CHEBEYA et son chauffeur Fidèle BAZANA avaient été assassinés dans des circonstances non encore élucidées. A sa mort, plusieurs organisations et haut-fonctionnaires des nations unies avaient appelé à une enquête. Cinq (5) policiers étaient condamnés en 2011 à l’issu de l’enquête considérée comme bâclée par les parties civiles.

A l’audience précédente, la haute cour avait procéder à l’audition de deux nouveaux renseignants. Me NKULU NUMBI Douglas, bourgmestre de la commune de Selembao au moment de la commission des faits et le lieutenant général à la retraite Joseph PONDE. Tous deux avaient rejeté en bloc les accusations portées contre eux par le prévenu Paul MWILAMBWE.

A l’audience du jour, la haute cour appelle à la barre le renseignant commissaire supérieur principal MBAYO WALENGE, ancien conseiller juridique en charge des matières fiscales de la police. La haute cour demande au renseignant s’il connait le prévenu Paul MWILAMBWE  et quelle est la nature de leur relation. Celui-ci affirme le connaitre dans le cadre du service. IL soutient ne l’avoir jamais reçu à son domicile.

La haute cour confronte le renseignant commissaire supérieur principal  MBAYO WALENGE au prévenu MWILAMBWE, le prévenu soutient le connaitre dans le cadre professionnel et aussi privé par la communauté Katangaise. Il réitère s’être rendu à son domicile le 11 juin 2010 pour répondre à l’invitation de Me MBAYO et avoir été reçu par l’épouse du renseignant. Le commissaire supérieur principal soutient n’avoir jamais échangé avec le prévenu en cette période-là. Il soutient en outre que son épouse assistait à un deuil à Lubumbashi.

L’auditeur général demande ensuite au renseignant de décrire son épouse. Celui-ci donne une description qui correspond à celle du prévenu MWILAMBWE

Après avoir entendu le renseignant commissaire supérieur principal MBAYO WALENGE et le prévenu MWILAMBWE, la haute cour renvoie l’affaire pour la poursuite des auditions.

                                                                  Dany MULUMBA