PROTOCOLE ACCORD USAID COUR DES COMPTES

Date:

L’agence américaine de développement, USAID en sigle et la cour des comptes de la RDC ont signé le mardi 21 juin, un protocole d’accord qui concrétise leur volonté commune de lutter contre la corruption. La cérémonie s’est déroulée à la salle Kinshasa du Fleuve Congo Hôtel. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie. BELACHEW, Paul SABATINE, directeur de mission de l’USAID au Congo, MITCHELL REGINALD, chief financial officer et Ernest IZEMENGIA NSAA-NSAA, président de la cour des comptes en République Démocratique du Congo.

Paul SABATINE, directeur de mission USAID RDC se dit heureux de ce partenariat qui est une concrétisation de la volonté des deux parties afin de lutter contre la corruption. L’USAID travaillera avec la cour des comptes en RDC pour participer à des audits de qualité, la transparence, la redevabilité et la médiatisation des activités de la cour des comptes. Ces audits seront financés par l’USAID.

Pour Ernest IZEMENGIA NSAA-NSAA, président de la cour des comptes en RDC, a remercié l’agence américaine de développement pour cet intérêt particulier qui vise à renforcer cette institution supérieure de contrôle qu’est la cour des comptes au Congo. Le président de la cour des comptes a lancé son plan stratégique quinquennal allant de 2021 à 2025 assorti d’un plan opérationnel triennal dont les résultats attendus sont d’une part, la contribution au renforcement des responsabilités des agents à la lutte contre la fraude, la corruption et le détournement des fonds publics et d’autres parts, l’amélioration de l’administration publique.

Le président de la cour des comptes a également lancé un appel à d’autres partenaires techniques et financiers de la RDC afin de s’engager dans la mise en œuvre du plan stratégique triennal 2022-2024

Après le mot de chacun, place à présent à la signature du protocole d’accord entre l’USAID et Cour des comptes en RDC

Rappelons par ailleurs que la coopération entre l’USAID et la cour des comptes de la RDC est une mise en œuvre dans le cadre du partenariat privilégié pour la paix, la prospérité et la préservation de l’environnement conclu par les États-Unis et la République Démocratique du Congo ; cela dans le but de renforcer les capacités d’audit de la cour des comptes et à appuyer le travail de cette institution supérieure de contrôle.

S. MALABA & G. MWEME